Agir pour préserver les sols

Le sol est un maillon central du fonctionnement des écosystèmes et des grands cycles globaux de l’eau, de l’air et des éléments. Il contribue aux multiples services que ces écosystèmes rendent à nos sociétés. L’Homme dépend ainsi du sol pour l’essentiel de son alimentation, de son approvisionnement en eau, de sa santé et de son bien-être. Le développement des matériaux et énergies biosourcées en substitution aux ressources fossiles repose également sur la préservation de sols fertiles.

À l’échelle de la vie humaine, le sol est une ressource non renouvelable, limitée et menacée en de nombreux endroits, principalement du fait des activités humaines (ex. : pollutions, imperméabilisation, pratiques agricoles et sylvicoles favorisant l’érosion). Le rapport spécial du GIEC « Changement climatique et terres émergées » paru en 2019 rappelle que près des trois quarts de la surface du sol subissent notre exploitation et qu’un quart est déjà considéré comme dégradée. Les pressions exercées sur les sols ont considérablement augmenté au cours des cinquante dernières années, pour répondre notamment à une demande alimentaire exponentielle (ex. : utilisation massive de fertilisants, irrigation, mécanisation, exportation massive de biomasse), au développement des villes, mais également du fait du réchauffement climatique (ex. : impact des fortes précipitations sur l’érosion) induit en partie par la façon dont les sociétés humaines gèrent les sols (ex. : déstockage de carbone). Cette dégradation des sols et de leur fonctionnement se traduit d’ores et déjà par des baisses de rendements dans certaines régions du globe, associées à des pertes de sol, de matières organiques et/ou de biodiversité. Il est donc urgent d’agir pour préserver les sols et leurs multiples bénéfices, le coût de l’inaction dépassant généralement le coût de la mise en œuvre de mesures immédiates.

Les actions et bonnes pratiques à mettre à œuvre sont connues. Elles concernent de nombreux secteurs : l’urbanisme, l’agriculture, la gestion forestière, la gestion des déchets, la prévention des risques et des pollutions… L’état et les collectivités peuvent accompagner leur mise en œuvre directement, par exemple via la planification urbaine, la gestion de son foncier dégradé ou les opérations d’aménagement, et, indirectement, en favorisant la prise en compte des sols par les différentes parties prenantes, acteurs économiques comme citoyens.

Pour en savoir plus

Dans cette rubrique

Connaître les sols et suivre leurs qualités

Mieux connaitre les sols est indispensable pour mieux les gérer. Sont-ils pollués ?

Objectif zéro artificialisation nette des sols

Étalement urbain et imperméabilisation des sols ont des répercussions sur notre vie et notre environnement : pertes de s
...

Gérer le foncier pollué

Si la pollution possible ou avérée des sols constitue une contrainte qui doit être prise en compte, ces sites représente
...

Allier projets alimentaires territoriaux et gestion durable des sols

95 % de nos aliments proviennent des sols, mais nos modes de vie et nos pratiques agricoles les dégradent, au risque de
...

Sensibiliser et impliquer le citoyen

La sensibilisation de tout un chacun est un préalable nécessaire à la prise de conscience et au passage à l’acte.