Aller au contenu
Aller au menu
Recherche
Aller au pied de page

Partage d'expériences

En Côte de Penthièvre les déchets n'ont pas la cote

Cadre de restitution de l'action : Programme Local de Prévention


Consulter la fiche Programme Local de Prévention de l'acteur : Programme Local de Prévention, année 5, Communauté de Communes Côte de Penthièvre


Fiche exemplaire

Communauté de Communes Côte de Penthièvre
1, Rue Christian de la Villéon
Bp 10
22400 Saint-Alban
http://www.cdc-cote-penthievre.fr/accueil_penthievre

Mots-clés
Animation | Biodéchet | Artisans / commerçants | Prévention des déchets

Affiche

(Crédits de l'image Illustration fournie par la Communauté de Communes Côte de Penthièvre)


Contexte

Un état des lieux initial a été réalisé, à partir d’une étude des chiffres liés à la Redevance Spéciale, des données fournies par la CMA en les comparant avec des ratios nationaux issus du MODECOM. Le constat suivant a pu être dressé : beaucoup de déchets sont produits en été en provenance des métiers de bouche (bouchers, restaurants, …). Il a donc été décidé de mener une action spécifique envers ces métiers.  Inspirée de l'opération du Coglais et de Brest métropole, elle a pour objectif de fédérer des établissements volontaires en identifiant leur gestes permettant de prévenir les déchets et mieux les gérer. Les professionnels se sont engagés à continuer de pratiquer ces gestes tout au long de l'année et en adopter de nouveaux.  L'opération a été menée en partenarait avec la CMA.

Objectifs recherchés / Résultats obtenus

Objectifs

Sensibiliser à la prévention des déchets les métiers de bouches notamment les restaurateurs et faire s’engager 10% des entreprises concernées, soit 15 entreprises.

Résultats quantitatifs obtenus
  • Réalisation de 14 diagnostics.
  • 13 chartes signées, incluant 16 à 30 gestes par entreprise. Un total de 32 gestes différents a été identifié.
  • Les résultats de réduction de volume de déchets ne sont pas mesurés. Un établissement n’est plus assujetti à la redevance spéciale depuis le lancement de l’action (volume < 1500 litres par semaine).
Résultats qualitatifs obtenus
  • Visibilité supplémentaire pour les établissements participants à l’opération / gain d’image.
  • Possibilité pour la collectivité de toucher également les consommateurs à travers les établissements qui engagent une discussion (ex : bouchers).

Accéder à la fiche action exemplaire


Mise en oeuvre

Année principale de réalisation
2012
Planning / Déroulement

2011

- Études préliminaires pour cibler l’action :

  • Données Redevance spéciale : les calculs ont été faits sur la base de la fréquence de collecte, les volumes de bacs avec un taux de remplissage de 75 %.
  • Données enquête rippeurs : Une enquête qualitative a été menée auprès des agents de collecte afin de connaître leur ressenti par rapport aux quantités de déchets des professionnels qu’ils collectent. Il en est ressorti qu’en période estivale les plus gros producteurs de déchets leur semblaient être : les hébergements touristiques (campings, hôtels, gites), les restaurateurs, les activités rejetant des coquilles et les boulangeries/pâtisseries.
  • Données du logiciel Egida de la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat : Le logiciel met en avant que les 19 activités, considérées comme les plus productrices et enregistrés auprès de la chambre consulaire, produiraient environ 640 T de Déchets Industriel Banals. Certains commerçants et artisans passent par des prestataires pour le traitement de ses déchets, les autres peuvent les déposer dans les OMr. La maçonnerie, les travaux couverture et de peinture et les boucheries seraient d’après Egida, les plus producteurs.
  • Données caractérisation : Des déchets caractéristiques d’activités économiques ont été trouvés au cours de l’opération tels que les bureaux de tabac et les restaurants.

- Signature d’une Convention de partenariat avec la CMA. 

2012

- Recrutement des entreprises et réalisation de pré-diagnostics.

- Envoi d’un courrier et rappels téléphoniques aux 150 entreprises ciblées. (janvier / février)

- Réalisation de 12 diagnostics (mars / avril) avec le Conseiller CMA et une personne du Développement Economique au sein de la collectivité. 1h à 2 personnes par diagnostic, à partir de la trame disponible sous OPTIGEDE.

- Rendu du diagnostic (mai) sur les gestes, recensement des gestes retenus par le Pays de Fougères et Brest. Ajout de gestes spécifiques au métier concerné.

- Engagement des professionnels à partir de juin, avec les gestes suivis et au moins un nouveau geste. Signature de la charte lors d’un point presse. Un jeu concours a été proposé à l’attention des clients des professionnels engagés pour faire connaître l’opération. Chaque professionnel a mis en jeu un bon d’achat et la collectivité un lot sur la prévention des déchets.

2013 

Prochaines étapes : suivi des actions, poursuite des diagnostics pour atteindre les 10%.

Valorisation et communication des expériences (communication départementale envisagée, article dans le bulletin intercommunal, …).

Lien en 2014 avec les actions liées au gaspillage alimentaire.

 
Moyens humains

Estimation de 80 jours-hommes, répartis sur 3 personnes (PLP, service Développement économique et CMA). Un temps important a été alloué aux relances, à la réalisation des diagnostics, aux réunions de partage.

Moyens financiers

Coût estimé pour la collectivité : 1500 € (supports de communication).

Moyens techniques
  • Outils de diagnostic sous OPTIGEDE (trame, liste de gestes)
  • Eléments de chiffrage (Egida, MODECOM)
  • Fiches OPTIGEDE (hôtellerie, restauration, …)
Partenaires mobilisés
  • Partenariat avec la CMA (accès aux données chiffrées, conseils lors de la réalisation conjointe des diagnostics) et le service Développement Economique (connaissance des acteurs et prise de contacts avec de nouveaux acteurs).
  • Information de l’ADEME Bretagne de l’action menée et des outils de communication mis en place.
  • Articulation envisagée avec les actions 2014 sur le gaspillage alimentaire.

Valorisation de cette expérience

Reproductibilité
  • Le ciblage de l’action à partir des différentes études (RS, Egida, enquête rippeurs et ratios nationaux MODECOM) ;
  • Le partenariat avec la CMA et le service Développement Economique, pour le partage d’expérience et l’optimisation des ressources.
Originalité
RAS
Recommandations éventuelles
  • Sensibiliser les élus à travers des données quantitatives : permet une prise de conscience de la nécessité de travailler avec des professionnels en raison de l’importance du gisement de déchets ;
  • Anticiper les contraintes liées aux contrôles sanitaires / HACCP : tenir une réunion préparatoire avec le laboratoire départemental en charge des contrôles, étudier le cadre existant chez le professionnel lors du diagnostic et lui conseiller de faire valider les nouveaux gestes en contactant son inspecteur (exemples : mise en place d’une poubelle à compost, torchons lavables, …) ;
  • Allouer du temps à la mobilisation des entreprises ;
  • Maintenir une mobilisation constance, en mettant en place de nouvelles actions afin d’éviter le risque d’oubli, d’abandon des gestes identifiés.

Détails sur l'acteur

Pour en savoir plus Lien vers fiche SINOE   Lien vers toutes ses fiches actions
Typologie de l'habitat TOURISTIQUE ou COMMERCIAL
Population 14462

Auteur de la fiche

Patricia Holé

prevention-dechets@cdc-cote-penthievre.fr

Contact ADEME

Administrateur OPTIGEDE

administrateur.optigede@ademe.fr

Dernière actualisation de la fiche : Janvier 2017

Logo ADEME Fiche action-résultat réalisée sur le site www.optigede.ademe.fr
Les informations de cette fiche ont été établies sous la responsabilité de son auteur.