Déconditionnement de biodéchets

deconditionnement Ces équipements combinent le plus souvent une phase de trituration pour ouvrir l’emballage, puis une phase de pressage au travers d’une maille ne laissant passer que la pulpe organique. L’efficacité de ces équipements ne peut évidemment pas être parfaite, et c’est pourquoi l’ADEME a conduit une étude visant à recenser les principaux revendeurs sur le marché national.

Étude - Inventaire et performances des technologies de déconditionnement des biodéchets

L’objectif de l’étude est d’inventorier et de comparer les différentes technologies de déconditionnement de biodéchets. Ont été retenus les équipements pouvant déconditionner un flux de biodéchets emballés en mélange provenant de la grande distribution alimentaire. Sont hors champ de l’étude les équipements ne déconditionnant que des monoflux ou seulement une partie des flux de la grande distribution.

Une actualisation de cette étude est en cours sur les matériels existants, afin d’évaluer les performances de quelques équipements en fonctionnement (à paraître en 2020). La question de la part résiduelle de plastiques présents dans la soupe se pose avec acuité.

Par ailleurs, les Déchets de cuisine et de table (DCT) sont soumis à la réglementation sur les sous-produits animaux de catégorie 3 (sous réserve de non-déclassement en cas de présence de contaminants) ; cette classification ayant des conséquences sur les filières de collecte et de traitement : se référer aux guides suivants :

Voir aussi les autres pages :