Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience
Format pdf

Mise en place de filières de traitement des plastiques en déchèterie

fiche_exemplaire
expérience
exemplaire

Syndicat de Traitement des Ordures Ménagères du Guillestrois

Illustration de l’opération :

La presse verticale produit des balles autour de 150 kg

contexte

Pour maîtriser ses coûts de collecte et faire diminuer les quantités d'encombrants en déchèterie, la CC du Guillestrois a mis en place deux nouvelles filières de traitement : plastiques souples en PE et matériel de ski, incluant les skis, snowboards et bâtons d'une part et les plastiques durs d'autre part.

Le traitement séparé des plastiques souples présentait également un intérêt en terme d'optimisation de collecte car ils étaient parfois jetés dans les conteneurs "Déchets", où ils occuppent un volume important pour un poids très faible.

objectifs et résultats

Objectifs généraux :

Objectif 1 : Retirer les plastiques souples des conteneurs de collecte

                  Résultat : Après un porte-à-porte auprès des professionnels, il n'y a plus de plastiques souples dans les conteneurs

Objectif 2 : Organiser la récupération et le conditionnement en déchèterie

                  Résultat : investissement dans une presse à balles et conditionnement des plastiques sous forme de balles de 150 kg

Objectif 3 : Assurer ce fonctionnement à un coût inférieur au coût de la filière encombrants

                  Résultat : les balles sont vendues à 150€/t, transport gratuit.

Objectif 4 : proposer une filière de récupération du matériel de ski

                  Résultat : filière mise en place avec un prestataire, les territoires voisins en font désormais partie

Objectif 5 : assurer ce fonctionnement à un coût inférieur au coût de la filière encombrants

                  Résultat : seul le transport est facturé, les plastiques durs sont rachetés 10€/t et les skis 15€/t, transport 260€ pour 3 tonnes environ

Objectifs quantitatifs :
  • Zéro plastiques souples dans les conteneurs de collecte OMR
  • Augmenter la densité de la benne encombrants en déchèterie en en retirant les plastiques durs : +1 tonne/benne
  • Collecter au moins 4 tonnes de matériel de ski en 2016
Résultats quantitatifs :

La filière plastiques souples a été mise en place à partir du mois d'Août 2014, la déchèterie produit environ 1 tonne par mois et les plastiques souples ont totalement disparu des conteneurs des professionnels. Les balles sont vendues à 150€/t, transport gratuit avec la convention toujours en cours depuis 2014, mais la fin de la filière chinoise fait que les balles partent en enfouissement depuis 2018.

Plastiques durs et skis : Le transport est facturé 260 € pour 3 tonnes environ, les skis sont vendus 10 €/T et les plastiques durs 5 € T

La densité de la benne encombrants est passée de 4,2 tonnes par benne en 2014 à 5,3 à partir de 2015.

Total des tonnages  :

  • Plastiques souples : 23,6 tonnes en 2016 (11,3 tonnes collectées en 2015); 24,1 tonnes en 2018
  • Plastiques durs : 21,7 tonnes en 2016; 31,66 tonnes en 2018. ils sont triés par tri optique et le recyclage se fait en Espagne.
  • Matériel de ski : 4,6 tonnes, 2,08 tonnes en 2018, une partie est orientée vers le réemploi.
Résultats qualitatifs :

Excellente qualité de tri sur ces trois nouveaux flux, très bonne adhésion des professionnels à ces filières.

Les filières plastiques sont en constante augmentation sans aucune communication.

Mise en oeuvre

Description de l'action :

La mise en place des  filières pour les 3 flux s'est faite en deux étapes : plastiques souples puis matériel de ski et plastiques durs.

  • Recherche d'un prestataire pour l'enlèvement et la valorisation des produits collectés.Nous avons trouvé une entreprise régionale pour le matériel de ski et les plastiques durs. Pour les plastiques souples presque tous les prestataires étaient preneurs.
  • Porte à porte auprès des professionnels réalisé afin de les informer des nouvelles filières.
  • Contact avec les territoires voisins pour la collecte des skis, bâtons et snowbord. Ils utilisent désormais la filière. Les autres communautés de communes n'ont pas souhaité développer la filière des plastiques durs car elle est peu rentable.
  • Les collectes se font en apport volontaire en déchèterie.
  • Depuis l'hiver 2016 une collecte en porte-à-porte est mise en place auprès des professionnels en station de ski. Les plastiques souples ainsi que les cagettes plastique sont collectées.
  • L'opération se poursuit depuis.

Ces filières sont ouvertes aux particuliers et aux professionnels. Les plastiques durs sont collectés en benne 30m3 (légèrement tassée au tractopelle =>2t/benne), les skis et snowboards sont rangés debout dans des cuves 1000L et le plastique souple passe dans notre presse à balles.

Le matériel de ski est broyé pour récupérer les métaux et produire du CSR, filière reproductible dans les zones de montagne.

Une presse à balle s'est avérée nécessaire pour conditionner les plastiques souples. 

Les plastiques souples étaient exportés vers la Chine jusqu'en Septembre 2017. Depuis, il est plus difficile de trouver des repreneurs et il nous est demandé de trier les plastiques souples entre transparent et coloré, c'est impossible pour nous en déchèterie. En 2019, nous allons réorganiser notre collecte (test d'un caisson à compaction) et rediriger les plastiques agricoles vers Adivalor.

Les repreneurs recherchent les filières en Europe, et nous espérons que les filières de recyclage vont s'y débloquer rapidement. En 2019, le prix de reprise des plastiques souples annoncé par les repreneurs dans les diverses consultations est à zéro euros.

Planning :

Pour les plastiques souples :

-Décembre 2014 : mise en place de la filière avec le prestataire

-Janvier à Juillet 2014 : communication auprès des professionnels et envoi des plastiques souples avec les cartons : notre prestataire pour les cartons fait le tri en aval, les plastiques souples sont regroupés dans des sacs 400L.

-Juillet 2014 : achat d'une presse à balles et mise en balles des plastiques

-Juillet 2016 : fonctionnement normal de la filière

Pour le matériel de ski et les plastiques durs :

-Août 2015 : échanges avec le prestataire et mise en place de la filière

-Automne 2015 : échanges avec les territoires voisins pour étendre la filière

-Janvier 2016 : mise en place du tri dans les déchèteries, communication auprès des professionnels

-Juillet 2016 : fonctionnement normal de la filière;

En 2019 : réorganisation de la collecte de plastiques souples et recherche de solutions de reprises en vue du recyclage.

Moyens humains :

-Temps de travail de l'agent en déchèterie pour la mise en balles des plastiques souples. Estimé à 20mn/j

-Communication auprès des professionnels en porte-à-porte assuré par le chargé de mission : 4 journées complètes

-Mise en place de la collecte en porte-à-porte auprès des professionnels en station (coordination avec les agents de collecte, réalisation de supports de communication, porte-à-porte) : 20 journées complètes

-Tournée de porte-à-porte en début de saison chaque année : 5 journées complètes

Moyens financiers :

-Investissement dans une presse à balles et un conteneur maritime : 15000 €

-Transport des plastiques souples gratuit, vente des balles 150 €, (ces donditions ne seront probablement pas renouvelées à la fin de la convention)

-Transport des plastiques durs : 260 € par rotation, environ 2 T /benne pour les plastiques durs et 3 T/ transport pour le matériel de ski

-Rachat des plastiques durs à 5 €/T et du matériel de ski à 10 €/T

-Location d'une benne à 79 €/mois

-Tous les supports de communication ont été faits en interne, le porte-à-porte a été fait par les agents

Partenaires moblisés :

Tout a été réalisé en interne et en autofinancement.

valorisation de cette expérience

Facteurs de réussite :

La filière plastiques souples (PE) était facile à mettre en place en 2014 et ce matériau se revendait facilement (nous avons eu plusieurs offres).

La filière plastiques durs intéresse moins les repreneurs mais est intéressante au vu des quantités récupérées (jouets pour enfants, mobilier de jardin, gaines électriques, seaux, pots de fleurs...).

Difficultés rencontrées :

Suite à la fermeture du marché chinois en Septembre 2017 il est beaucoup plus difficile de trouver des repreneurs et le cours du plastique a chuté. Nous restons aujourd'hui sur nos contrats précédents mais nous devrons les revoir en 2019.

Du fait de l'enclavement de notre territoire les coûts liés au transport sont très importants. Grâce à cette opération nous avons remarqué qu'il est très intéressant de mettre en place des solutions de compaction avant transport, comme c'est le cas pour la presse à balles.

Le matériel est malheureusement sous-dimensionné aujourd'hui car les quantités sont en constante augmentation, il faudrait s'orienter vers une presse horizontale.

Recommandations éventuelles :

Les coûts de reprises peuvent varier et changer l'économie de la filière. En 2019, il faut s'assurer du réel recyclage des plastiques souples triés.