Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience

Favoriser la pratique de l'éco-pâturage auprès des collectivités

Sycodem Sud Vendée

All de la Vallee Verte
Pole Environnemental du Seillot
85200 Fontenay-le-Comte

contexte

En 2015 sur le territoire du SCOM, 7% des déchets végétaux proviennent des collectivités locales et moins de 1% pour le Sycodem. Elles développent les pratiques de tonte mulching, de broyage et de gestion différenciée. 

L'action vise à initier un groupe de travail sur l'éco-pâturage au sein des collectivités locales.

objectifs et résultats

Objectifs généraux :

 Aider les collectivités à mettre en place l’éco-pâturage

 Réduire la production de déchets de tonte

 Favoriser la rencontre entre acteurs sensibles à l’éco-pâturage

Résultats quantitatifs :

85 élus et agents de collectivités de la Région Pays de la Loire ont participé à la rencontre. Au cours de cette demi-journée, les participants ont pu découvrir les étapes clés d’un projet d’éco-pâturage, les leviers et freins à sa mise en œuvre, les contraintes règlementaires et les caractéristiques des différentes espèces animales.

Par la suite, l’éleveur a été contacté par deux collectivités pour construire un projet d’éco-pâturage sur leur commune.

Résultats qualitatifs :

Le nombre de participants démontre l’intérêt des collectivités pour la découverte et l’approfondissement de pratiques à plus-value environnementale.

Mise en oeuvre

Description de l'action :

Une demi-journée technique est organisée le 8 septembre 2017 par le prestataire (CPIE Sèvre et Bocage) qui s’assure de la communication, des inscriptions et de l’animation.

Un document technique est réalisé à l’issue de la rencontre et transmis aux participants.

Moyens humains :
  • 1 technicien gestion des espaces verts et naturels (CPIE),
  • 1 responsable espaces verts de la commune,
  • 1 exploitant agricole en charge de la gestion d’espaces dédiés à l’éco-pâturage,
  • les paysagistes engagés dans la démarche
Moyens financiers :

Intervention du prestataire (CPIE Sèvre et bocage) : organisation, communication, inscriptions, animation (540€)

Moyens techniques :

salle, matériel de vidéo-projection, site de démonstration

valorisation de cette expérience

Difficultés rencontrées :

La gestion du vivant (système herbager, espèces rustiques), du matériel (clôtures, abreuvoirs, zones de contention) et des coûts ne facilitent pas le développement de la demande. De plus, l’activité d’éco-pâturage ne relève pas du secteur primaire (agriculture) mais du secteur tertiaire (service) ce qui limite le développement de l’offre par des éleveurs.

Trois actions (inaugurer l’éco-pâturage dans deux communes témoins, créer un groupe de travail, créer un guide à destination des collectivités) n’ont pas été réalisées sur la troisième année. La mise en œuvre d’un nouveau projet de sensibilisation à l’éco-pâturage pourrait être menée s’il est constaté une évolution de l’offre et/ou de la demande.

Recommandations éventuelles :

La poursuite de ces actions pourrait commencer par l’organisation d’un nouveau temps de rencontre préalable à la création d’un groupe de travail afin de permettre l’échange entre les organisations intéressées par l’éco-pâturage. La mise en place d’une activité d’éco-pâturage sur des communes témoins pourrait être déclenchée par une proposition d’accompagnement personnalisé des communes dans la mise en œuvre de leur projet d’éco-pâturage.

A ce jour, le Département de la Vendée propose d’accompagner les collectivités vers une gestion agropastorale des ENS (Espaces Naturels Sensibles) via le conventionnement avec des éleveurs. Aussi, l’élaboration d’un guide sur l’éco-pâturage pourrait évoluer vers l’actualisation des « fiches techniques pour réduire les déchets végétaux » réalisées par Trivalis en 2016 à destination des collectivités : http://trivalis.fr/reduction-des-dechets/fiches-pratiques-reduire-dechet....

L’éco-pâturage est aussi une pratique qui se développe auprès des particuliers. Mener une campagne de sensibilisation de type expérimentation à destination des particuliers, permettrait de valoriser les expériences d’éco-pâturage des collectivités tout en renforçant le pouvoir d’agir des particuliers.