Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience

Atelier d'auto-réparation porté par un collectif MacGyvers

Sirtom de la Vallée de la Grosne

Za du Pré Saint Germain
16 Rue Albert Schmitt
71250 Cluny
Illustration de l’opération :

1er Atelier d'auto-réparation mobile

(Crédits de l'image : Photo réalisée par SIRTOM)

contexte

Le projet initial lancé en 2017 était de toucher les professionnels de la réparation pour promouvoir la réparation et l’entretien des objets du quotidien. Un atelier d'échange a été réalisé avec les professionnels pour connaître leurs besoin, ainsi que de déterminer une action commune pour promouvoir la réparation. C'est en novembre 2017 qu'un village de la réparation a vu le jour, en partenariat avec la CMA. 3 professionnels ont souhaité y participer, et 2 étaient présents durant le village. En parallèle, le SIRTOM a identifier des particuliers qui ont des compétences en réparation. Le village s'est alors présenté selon le schéma suivant : un circuit pour les personnes qui souhaitent apprendre à réparer leurs objets, et un autre circuit pour celles qui souhaitent faire réparer leurs objets. Cet événement a permis de tisser des liens entre particuliers et professionnels, et également d'identifier d'autres habitants intéressés pour partager leurs compétences en réparation.

objectifs et résultats

Objectifs généraux :

L’objectif principal est de promouvoir la réparation, via les MacGyvers, mais également par les professionnels de la réparation.

Le second objectif est d’accompagner le collectif de bénévoles vers une autonomie des ateliers fixes et mobiles, et tendre vers la mise en place d’une association locale de bénévole de la réparation.

Et les autres objectifs de cette action sont :

  • Réduire la quantité d’objets en panne/cassé qui sont jetés.
  • Organiser des évènements accessibles à tous sur les thématiques de la réparation et du réemploi, en partenariat avec la Ressourcerie du territoire.
  • Promouvoir l’activité des artisans de la réparation du territoire.
  • Pérenniser l’organisation de ces ateliers sur le territoire via la mobilisation de bénévoles et des professionnels.
Objectifs quantitatifs :
  • Réaliser un atelier mobile dans les communes du territoire tous les 2 mois.
  • Accompagner les bénévoles MacGyvers tout le long de l'année lors des ateliers fixes, une fois par semaine.
  • Organiser un atelier bilan sur l'année précédente
  • 150 objets réparés en ateliers mobiles (base de 2018)
Résultats quantitatifs :
En 2019 :
• 6 ateliers mobiles dans les communes
• Environ 45 ateliers fixes (visites de l'atelier par le SIRTOM environ 1 fois par mois).
• Mars : Bilan de l’année 2018 (5 participants sur environ 17 bénévoles, avec un noyau dure de 8 bénévoles)
Nbre d’objets réparés en atelier fixe : 202 objets amenés, dont 72% réparés. Soit en moyenne 4.5 objets amenés chaque atelier.

Nbre d’objets réparés en atelier mobile : 72 dont 54 réparés, sachant que sur 2 ateliers, le suivi des objets n’a pas été réalisé.

Résultats qualitatifs :

La participation des bénévoles est toujours importante. Un fort résultat social est observé, que ce soit pour les habitants qui apprennent à réparer leurs objets, qu'entre bénévoles.

Des actions en parallèle des ateliers ont été réalisées, et a permis de créer encore plus de lien dans le groupe de bénévoles, de les mettre en avant, et de découvrir d'autres aspects des projets du SIRTOM.

  • juillet : participation à la décoration en récup' d'un festival de théâtre

• Octobre : Visite des ateliers de la Ressourcerie

• Octobre : Animation scolaire CM1/CM2 en binôme avec un animateur du SIRTOM.

• Octobre : Participation à un café éphémère : échange sur la réparation avec des habitants d'un village, en binôme avec un MacGyver et un animateur du SIRTOM.

• Novembre : Participation à un village de la réparation avec les professionnels

Ce 2ème essai de village de la réparation a été une réussite : 4 professionnels et 4 bénévoles étaient présents, des liens se sont faits entre eux et les professionnels sont d'accord pour créer du lien entre l'activité professionnelle, et bénévole.

• Novembre : Visite d'une association Biclou d’Alino

• Novembre : Reportage France 3 sur les ateliers d'auto-réparation

 

 

Mise en oeuvre

Description de l'action :

2016

Le SIRTOM a fait ressortir des projets durant la première année ZDZG grâce à l’accompagnement d’un bureau d’étude. Parmi les projets retenus, la promotion de la réparation en faisait partie. Un atelier de travail avec les acteurs du territoire impliqués dans les projets de prévention a permis de mettre en évidence le besoin de mettre en avant la réparation, par les professionnels du territoire. Des premiers scenarii de solutions co-construites ont émergées.

Un premier essai de village de la réparation a été réalisé en novembre, avec 3 professionnels participants, en partenariat avec la chambre des métiers et de l’artisanat.

2017

Un atelier de travail a été réalisé avec les professionnels qui ont participé, ainsi que d’autres volontaires. L’association Le Pont, gérant de la ressourcerie Eco’Sol, ainsi que le Fablab était présent. Les objectifs de cette rencontre : comprendre les besoins des professionnels pour mettre en avant leurs activités, et co-construire une animation autour de la réparation.

En novembre, un deuxième village de la réparation a été organisé durant le même événement que l’année précédente, 3 professionnel se sont portés volontaires pour y participer. En parallèle, le SIRTOM a identifié des habitants avec des compétences en réparation, et les a donc également invités à cette animation. Deux circuits étaient proposés : l’un pour apprendre à réparer avec les bénévoles, et l’autre pour faire réparer par des professionnels. Au vu du succès (réparation en non-stop sur la journée et habitants intéressés pour participer), un atelier dans une commune a été programmé en début 2018.

2018

Le premier atelier de réparation mobile dans une commune a été un succès (9 bénévoles, 1 professionnel, la ressourcerie Eco’Sol).

L’association Le Pont, porteur de la ressourcerie Eco’Sol a proposé d’accueillir l’atelier de la réparation dans les locaux de la ressourcerie à Cluny. Grâce à une rencontre avec les bénévoles pour connaître leurs besoins, le premier atelier a eu lieu mi-mars.

Chaque mercredi après-midi, les bénévoles se retrouvent dans les locaux pour apprendre à réparer aux personnes qui apportent leurs objets en panne. Le lieu est un bon endroit car les personnes qui viennent pour la ressourcerie peuvent voir les bénévoles à l’œuvre, et permet donc une communication non négligeable pour l’atelier de la réparation, mais aussi pour la ressourcerie.

Une charte de l’atelier de la réparation a été créée et rendue visible pour les clients de la ressourcerie, afin de permettre le bon déroulement des réparations. Et une communication élargie a été réalisée pour faire connaître cette démarche (presse locale, envoi aux mairies, panneau en déchèteries, article sur site internet,..).

Malgré la recherche de professionnels de la réparation, il n’y a pas eu de volontaire pour participer physiquement ou non à ces ateliers. Dans la suite de cette action, un listing de professionnel sera établi grâce à la relation avec la CMA, pour pouvoir orienter les personnes qui souhaitent faire réparer par un professionnel. Ce listing peut aussi être intéressant pour les bénévoles lorsqu’ils bloquent sur la réparation d’un objet.

Des ateliers mobiles dans les communes ont continué (6 en 2018), avec parfois la participation d’une association de réparation de vélo (le Biclou d’Alino, partenaire du SIRTOM par ailleurs).

Bilan/remarques de l’année 2018

  • L’ensemble des ateliers mobiles ont été fait sur une journée complète, sauf la dernière à Bonnay : le format d’une après-midi semble plus adaptée et semble suffire pour les petits villages.
  • La communication au sein des déchetteries semble peu fonctionner
  • Les professionnels n’ont pas accroché au concept : avoir une réflexion avec la CMA pour mettre en avant cette activité.
  • Une communication pour les ateliers mobiles par les mairies est nécessaire, et fonctionne lorsqu’elle est faite.
  • Les ateliers apportent un lien social entre les bénévoles (souvent retraités), et les participants aux ateliers.
  • Le groupe de bénévole n’est pas totalement autonome (pas de fiches de suivies d’objets systématiques, ect..), et il n’est pour l’instant pas lieu de créer une association de réparation.

 

 

2019

Un bilan de l’année 2018 a été réalisé en mars, avec les bénévoles MacGyvers (5 sur 17 en tout, mais dont le noyau central est de 8 bénévoles), et la ressourcerie Eco’Sol.

Atouts :

  • Lieu fixe et fréquence régulière
  • Communication :
    • Lieu de passage, permet le bouche à oreille
    • Communication réalisée par le SIRTOM, les communautés de communes et les communes
  • Contact social avec les habitants, et pédagogie pour apprendre à réparer ses objets au lieu de les jeter.
  • Permet le SAV de la Ressourcerie (test du matériel avant achat et/ou réparation si besoin)
  • Outils de suivi des objets et des bénévoles présents bien réalisés à chaque séance (à partir de septembre 2018).

Point à améliorer :

  • Rappeler le principe des ateliers via la Charte : prévoir de faire un panneau plus grand pour l’afficher (à faire par SIRTOM).
  • Peut-être modifier le titre des ateliers en « auto-réparation » pour que les habitants comprennent qu’ils ne viennent pas juste faire réparer un objet, et pour éviter toutes concurrences avec les professionnels (à faire par SIRTOM).
  • Communication : ne pas accepter de gros électroménager.
  • Prévoir un carnet d’adresse réparation pour pouvoir aiguiller les habitants (à faire par SIRTOM):
    • Des professionnels du territoire (à condition que l’objet ne soit pas démonté)
    • Des sites internet pour acheter des pièces détachées
    • Le Fablab pour les personnes qui souhaitent aller plus loin dans l’auto-réparation
  • Avoir accès à internet pour pouvoir regarder avec l’habitant les éclatés pièces et les pièces à changer (Eco’Sol se renseigne pour la mise en place).
  • Pouvoir récupérer des pièces :
    • en déchetterie (voir avec le SIRTOM si possible d’avoir un « badge » bénévoles MacGyver qui resterait à la ressourcerie, pour identifier les bénévoles),
    • Aux ateliers de la ressourcerie (sur rdv avec Eco’Sol)
  • Continuer à noter sur les objets en cours de diagnostic le Nom et Téléphone (cas particulier où la personne vient tard, ou long diagnostic,…) (à faire par les bénévoles).
  • Prévoir une étagère des objets donnés, pour que Eco’Sol puissent les récupérer lors des passages les jeudis.

Dans l’ensemble, le bilan est très positif : les bénévoles, la ressourcerie et le SIRTOM sont satisfaits du dispositif.

En novembre 2019, le SIRTOM a souhaité travailler d’avantage avec les professionnels, et a co-organisé avec la CMA un 3ème village de la réparation lors d’une manifestation locale. Grâce à un démarchage sur le terrain, 4 professionnels ont souhaité y participer. Malgré un mauvais emplacement, la réalisation de cette action a permis de créer des liens avec les professionnels, et d’ainsi commencer un partenariat viable et durable avec l’atelier d’auto-réparation. Un des professionnels souhaite renforcer ce partenariat, en proposant par exemple un service d’achat des pièces détachées grâce à son réseau pro.

6 ateliers mobiles ont été réalisés, ainsi que des visites et actions annexes pour consolider le groupe de bénévoles et ainsi leurs montrer la globalité des projets menés par le SIRTOM et la ressourcerie Eco’Sol. Une visite des ateliers de la ressourcerie a été organisée, une visite d’une collectivité voisine pour mettre en place le même dispositif, la participation à un café éphémère, et pour finir l’année avec un reportage par France 3 de l’atelier d’auto-réparation.

Planning :
Date Etape Remarques
13/10/16 Atelier de travail pour faire émerger des solutions sur le projet "Réparation" 30aine de partenaires présents.
04/11/2016 Village de la réparation 3 professionnels
23/03/17 Atelier de travail avec les acteurs impliqués dans le domaine de la réparation 3 professionnels présents, 1 asso, 1 Fablab
04/11/17 Village de la réparation 2 professionnels, et 3 bénévoles.
26/01/18 Premier atelier de réparation mobile dans une commune 30aine de personnes sont passées, pour environ 40 objets
 mars 2018 Premier atelier de réparation fixe à la ressourcerie 5 bénévoles identifiés
2019 6 ateliers mobiles et 45 fixes 17 bénévoles au total mobilisés
novembre 2019 Village de la réparation qu'avec les professionnels 4 professionnels participants

 

Moyens humains :

Chargée de mission Economie circulaire : 0.06ETP

Chargé de mission CMA : 0.01 ETP

Moyens financiers :
2016

846€ location de matériel pour le village de la réparation

2017

642€ location de matériel pour le village de la réparation

2018
  • 816€ Outils de communications
  • 117€ Achat outil de bricolage de démarage
  • 523€ Participation aux frais de repas durant les ateliers mobiles
2019
  • 65€ Outils de communication
  • 2700 € Aide à l’achat de matériels pour l’aménagement en ressourcerie, et achat d’outils.
  • 247 € Participation aux frais de repas durant les ateliers mobiles
  • 590 € Location de matériel pour le village de la réparation
Moyens techniques :

Lieu accessible et ouvert à tous pour accueillir les ateliers

Partenaires moblisés :
  • Les professionnels de la réparation
  • Les bénévoles MacGyvers
  • L’association Le Pont (ressourcerie)
  • Les communes accueillant les ateliers
  • Le Biclou d’Alino
  • L’ENSAM
  • Le Fablab

valorisation de cette expérience

Facteurs de réussite :
  • Pour les ateliers délocalisés, une communication importante auprès de la presse, mais surtout avec l’équipe municipale pour informer les habitants.
  • Faire un bilan de l’année avec les bénévoles
  • Faire une visite à la ressourcerie Eco’Sol + autres actions pour renforcer les liens du groupe
  • Réaliser une sensibilisation auprès d’un public scolaire
Difficultés rencontrées :
  • Mise en place d'un partenariat avec les professionnels du territoire
  • La variation de fréquentation durant les ateliers fixes : il peut y avoir 0 personne dans la demie-journée, comme 5 en une heure.
  • Mise en place d'outils pour suivre les réparations : un bénévole réalise ce suivi, difficile lorsqu'il est absent
Recommandations éventuelles :
  • Création d'un groupe autonome prend du temps, et il faut l'accompagner au fur et à mesure : durant l'année 2018, tous les ateliers mobiles ont été réalisé en présence d'une personne du SIRTOM. A partir de 2019, il a été proposé que les bénévoles soient autonomes durant la journée (l'organisation ayant été faite par le SIRTOM).
  • La chargée de mission du SIRTOM passe régulièrement voir l'atelier fixe les mercredis après-midi : les bénévoles communiquent rarement par mails ou téléphone, un contact direct est privilégié pour faciliter les échanges et discuter des éventuels besoins.