Enjeux et chiffres clés

Les chiffres clés

Étiquette « Non à la publicité et aux journaux d'annonces, STOP PUB Réduisons vite nos déchets ! Oui à l'info des collectivités, merci »

En 2015, 775 300 tonnes de courriers non adressés ont été déposées dans les boites aux lettres en France (étude ADEME SEREHO) auxquelles s’ajoutent 252 000 tonnes de catalogues de vente par correspondance/vente à distance (VPC-VAD) et brochures commerciales, adressés ou non :

  • 89,6 %, soit 695 000 T sont des imprimés publicitaires non adressés ;
  • 2,4 %, soit 18 300 T sont de la presse gratuite d’annonce ;
  • 4 %, soit 31 000 T sont des journaux gratuits ;
  • 4 %, soit 31 000 T sont les journaux des collectivités territoriales.

Cela correspond à environ :

  • 27 kg/an environ d’imprimés publicitaires par foyer ou 11 kg par habitant ;
  • 2,8 % de la quantité totale de déchets des ménages.

Le tonnage global fluctue légèrement à la hausse ou à la baisse d’une année sur l’autre, mais est relativement stable, avec des tendances différentes suivant les catégories : les publicités des grandes enseignes, pour lesquels la concurrence sur les prix est rude, résistent très bien voire augmentent (+ 2 % en 2015 par rapport à 2014), à l’inverse celles de la presse gratuite d’annonce, des journaux gratuits et journaux des collectivités territoriales diminuent très significativement.

Les enjeux

Dans la prolongation du Grenelle Environnement, la France s’est dotée d’une politique de réduction des déchets avec des objectifs chiffrés qui a donné lieu à de nombreux plans et programmes locaux de prévention sur l’ensemble du territoire. L’un des objectifs majeurs de réduire de 7 % la production des ordures ménagères et assimilées sur 5 ans, en intensifiant la prévention, a été globalement tenu.

Le dispositif Stop Pub, qui consiste à signaler sur sa boîte aux lettres que l’on ne souhaite pas recevoir d’imprimés publicitaires distribués sans adresse, a été une des actions les plus souvent mises en place par les collectivités. Parallèlement, le Stop Pub a fait l’objet, ces dernières années, d’un respect croissant de la part des diffuseurs distributeurs et a contribué à la réduction des déchets des ménages, surtout s’il a fait l’objet d’une démarche concertée, organisée et pérenne, associant les différents acteurs impliqués dans l’émission et la diffusion des Imprimés non adressés (INA). De plus, au-delà de son effet potentiel sur la diminution des flux de déchets, une opération Stop Pub peut et doit amener les citoyens à s’interroger sur leurs comportements en matière de consommation responsable (réduction des quantités de déchets et des impacts sur l’environnement).

Même s’il a été proposé dans de nombreux territoires, le dispositif Stop pub reste un outil d’actualité à généraliser via les Plans régionaux de prévention et de gestion des déchets (PRPGD) sur les collectivités où il était absent, mais également pour relancer la dynamique dans des territoires déjà couverts : les retours d’expériences proposés ci-dessous montrent que des opérations ambitieuses permettent de doubler ou tripler le nombre de foyers refusant les INA, réduisant d’autant la quantité de déchets générés. Le développement de la redevance incitative contribue également à relancer l’attention des ménages sur les gestes de prévention.

Présentation des 10 étapes clés d’une opération Stop Pub

Les 10 étapes clés proposées ont pour objectif d’aider des porteurs de projet (essentiellement des collectivités avec ou sans compétence déchet et des associations) à organiser une "opération Stop Pub" pour réduire les déchets d’Imprimés non adressés (INA) par l’apposition d’un autocollant Stop Pub.

Les INA distribués dans les boîtes aux lettres comprennent les imprimés publicitaires distribués sans adresse, la presse gratuite d’annonces et la presse des collectivités territoriales.

Les 10 étapes clés sont chronologiques, Nous vous conseillons néanmoins de prendre connaissance de l’ensemble des étapes avant de démarrer votre opération Stop Pub.

Elles ont été réalisées pour l’ADEME par le bureau d’études AktEco, en concertation avec un comité de pilotage rassemblant des représentants des annonceurs, des distributeurs, des diffuseurs, des collectivités territoriales, des associations de protection de l’environnement, du Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer et de CITEO, l’organisme agréé de la filière papier graphique.

L’ADEME remercie les partenaires qui ont participé à l’élaboration de ces outils. Par ailleurs, n’hésitez pas à faire part de vos retours d’expérience sous forme de fiche action OPTIGEDE.